Pour votre bien-être

Les allergies saisonnières

Malgré les journées de canicule des derniers jours, les brises d’air peuvent autant vous rafraîchir que vous causer certains inconforts. Chaque année, à l’arrivée des beaux jours, un canadiens sur quatre ressentira de l’irritation aux yeux, aura des éternuements, des maux de tête, sera pris avec des démangeaisons ou une congestion nasale. La cause possible de ces symptômes? Les allergies saisonnières. 

Le pollen, principal allergène

Communément appelé le rhume des foins, la rhinite saisonnière est une réaction excessive du système immunitaire au contact du pollen, cette substance étrangère qui permet aux arbres, aux herbacés et aux graminées (maïs, blé, foin, seigle, etc.)de se reproduire. Le phénomène de pollinisation des plantes s’effectue par le biais du vent, qui permet le transport de ces particules dans l’air. Les réactions allergiques interviennent lorsque notre système respiratoire développe une hypersensibilité face au pollen et produit des anticorps pour lutter contre cette « infection ».

La météo

Les conditions météorologiques sont un facteur important dans les effets ressentis par la circulation du pollen dans l’air. La température, la pluie et le vent ont donc un impact sur les niveaux polliniques. Autrement dit, plus le printemps est chaud et bref, plus courtes sont les réactions allergènes. À l’inverse, plus le printemps est frais, et plus vous devez composer avec les symptômes allergènes du pollen. Vous saurez que l’humidité et la pluie plaquent le pollen au sol et limitent donc sa circulation dans les airs. Contrairement au vent qui, lui, favorise sa propagation, et donc, augmente les risques de réactions allergiques.

Le printemps est le point de départ de la saison propice au pollen, qu’on regroupe en trois périodes. Les réactions allergiques proviennent essentiellement du pollen des arbres et arbustes de mars à avril,  de la pollinisation des graminées et du gazon de mai à juillet, et de l’herbe à poux d’août aux premières gelées. La chaleur, l’humidité et le vent participent à la propagation de ces milliers de particules en suspens dans l’air. L’hérédité semble également jouer un rôle important chez les personnes propices à ces infections.

Les symptômes

Contrairement aux allergies pérennes qui proviennent des réactions à la présence des animaux de compagnie à poils (chiens, chats, etc.) étalées à l’année longue, les symptômes associés aux allergies saisonnières perdurent en général entre cinq et six semaines. La durée est d’ailleurs un excellent indicateur pour savoir s’il s’agit d’allergies saisonnières ou d’un simple rhume.

Le nez, les yeux, la gorge et la bouche sont des zones très propices aux réactions allergiques. Les symptômes se traduisent par des éternuements et des écoulements nasaux, des larmoiements, des démangeaisons et des maux de tête, entre autres. Les éternuements qui se produisent deux à trois fois de suite sont généralement de bons indicateurs reliés au rhume des foins.

Les solutions

La chiropratique peut vous aider à réduire certains symptômes. L’ajustement chiropratique contribue à augmenter votre force immunitaire et à réduire votre réaction aux allergènes tout en améliorant la bonne circulation des informations dans tout le système neuro-musculo-squelettique. De plus, des soins chiropratiques ciblés au niveau des vertèbres cervicales et dorsales favorisent un meilleur fonctionnement du système nerveux relié aux sinus et au système respiratoire. Enfin, des techniques de tissus mous et de points de pression peuvent soulager les symptômes de congestion nasale liés aux allergies.

Rhume des foins 

  • Lavez-vous les cheveux le soir après une balade extérieure pour enlever les résidus de pollen.
  • Gardez les fenêtres fermées et utiliser l'air conditionné à la maison et dans la voiture pour réduire l'exposition aux pollens extérieurs.
  • Limitez les activités en plein air pendant les heures de forte concentration de pollens (entre 5h et 10 h du matin).
  • Ne tondez pas le gazon, ni ratissez les feuilles. Ces activités agitent en l'air pollen et moisissures.
  • Ne laissez pas sécher les draps ou les vêtements à l'extérieur ; Ils peuvent capter le pollen et la moisissure.
  • Lors de temps secs et pluvieux, évitez de mettre le nez dehors. La circulation aéroportée du pollen est particulièrement importante. 
Pour vos douleurs

Les allergies saisonnières

Malgré les journées de canicule des derniers jours, les brises d’air peuvent autant vous rafraîchir que vous causer certains inconforts. Chaque année, à l’arrivée des beaux jours, un canadiens sur quatre ressentira de l’irritation aux yeux, aura des éternuements, des maux de tête, sera pris avec des démangeaisons ou une congestion nasale. La cause possible de ces symptômes? Les allergies saisonnières. 

Le pollen, principal allergène

Communément appelé le rhume des foins, la rhinite saisonnière est une réaction excessive du système immunitaire au contact du pollen, cette substance étrangère qui permet aux arbres, aux herbacés et aux graminées (maïs, blé, foin, seigle, etc.)de se reproduire. Le phénomène de pollinisation des plantes s’effectue par le biais du vent, qui permet le transport de ces particules dans l’air. Les réactions allergiques interviennent lorsque notre système respiratoire développe une hypersensibilité face au pollen et produit des anticorps pour lutter contre cette « infection ».

La météo

Les conditions météorologiques sont un facteur important dans les effets ressentis par la circulation du pollen dans l’air. La température, la pluie et le vent ont donc un impact sur les niveaux polliniques. Autrement dit, plus le printemps est chaud et bref, plus courtes sont les réactions allergènes. À l’inverse, plus le printemps est frais, et plus vous devez composer avec les symptômes allergènes du pollen. Vous saurez que l’humidité et la pluie plaquent le pollen au sol et limitent donc sa circulation dans les airs. Contrairement au vent qui, lui, favorise sa propagation, et donc, augmente les risques de réactions allergiques.

Le printemps est le point de départ de la saison propice au pollen, qu’on regroupe en trois périodes. Les réactions allergiques proviennent essentiellement du pollen des arbres et arbustes de mars à avril,  de la pollinisation des graminées et du gazon de mai à juillet, et de l’herbe à poux d’août aux premières gelées. La chaleur, l’humidité et le vent participent à la propagation de ces milliers de particules en suspens dans l’air. L’hérédité semble également jouer un rôle important chez les personnes propices à ces infections.

Les symptômes

Contrairement aux allergies pérennes qui proviennent des réactions à la présence des animaux de compagnie à poils (chiens, chats, etc.) étalées à l’année longue, les symptômes associés aux allergies saisonnières perdurent en général entre cinq et six semaines. La durée est d’ailleurs un excellent indicateur pour savoir s’il s’agit d’allergies saisonnières ou d’un simple rhume.

Le nez, les yeux, la gorge et la bouche sont des zones très propices aux réactions allergiques. Les symptômes se traduisent par des éternuements et des écoulements nasaux, des larmoiements, des démangeaisons et des maux de tête, entre autres. Les éternuements qui se produisent deux à trois fois de suite sont généralement de bons indicateurs reliés au rhume des foins.

Les solutions

La chiropratique peut vous aider à réduire certains symptômes. L’ajustement chiropratique contribue à augmenter votre force immunitaire et à réduire votre réaction aux allergènes tout en améliorant la bonne circulation des informations dans tout le système neuro-musculo-squelettique. De plus, des soins chiropratiques ciblés au niveau des vertèbres cervicales et dorsales favorisent un meilleur fonctionnement du système nerveux relié aux sinus et au système respiratoire. Enfin, des techniques de tissus mous et de points de pression peuvent soulager les symptômes de congestion nasale liés aux allergies.

Rhume des foins 

  • Lavez-vous les cheveux le soir après une balade extérieure pour enlever les résidus de pollen.
  • Gardez les fenêtres fermées et utiliser l'air conditionné à la maison et dans la voiture pour réduire l'exposition aux pollens extérieurs.
  • Limitez les activités en plein air pendant les heures de forte concentration de pollens (entre 5h et 10 h du matin).
  • Ne tondez pas le gazon, ni ratissez les feuilles. Ces activités agitent en l'air pollen et moisissures.
  • Ne laissez pas sécher les draps ou les vêtements à l'extérieur ; Ils peuvent capter le pollen et la moisissure.
  • Lors de temps secs et pluvieux, évitez de mettre le nez dehors. La circulation aéroportée du pollen est particulièrement importante.